You are here

L'AIEA met en avant la coordination internationale en matière de réacteurs de faible ou moyenne puissance ou de petits réacteurs modulaires (RFMP)

45/2018
Vienne (Autriche)
new generation of mini-nuclear power reactors

Les activités de coordination internationale, toujours plus nombreuses, que l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) mène en matière d’élaboration et de déploiement sûrs et sécurisés de réacteurs de faible ou moyenne puissance ou de petits réacteurs modulaires (RFMP), ont été mises en lumière avec la parution de nouvelles publications et la tenue de réunions d’experts sur ces nouvelles technologies.

Ces dernières années, des progrès considérables ont été réalisés dans le domaine des RFMP. Certains reposeront sur des systèmes et des composants préfabriqués, ce qui permettra de réduire les délais de construction, d'offrir davantage de souplesse et de réduire les coûts par rapport à une centrale nucléaire classique. Dans le monde, on dénombre une cinquantaine de concepts de RFMP à divers stades de l’élaboration, dont l'exploitation commerciale devrait commencer dans les années à venir.

Après une réunion de l’AIEA sur la conception et la technologie des RFMP, tenue en septembre, des experts en énergie de plusieurs pays d’Europe se sont rassemblés début octobre au siège de l’AIEA, à Vienne, à l'occasion d'un atelier sur l’infrastructure des RFMP et leurs aspects économiques et financiers. Ces réunions s'inscrivent dans le cadre d’un projet sur les RFMP en cours auquel participent le Département de l’énergie nucléaire, le Département de la sûreté et de la sécurité nucléaires et le Département de la coopération technique de l’AIEA. Des représentants d’organismes de réglementation et d’autres parties prenantes se sont par ailleurs rencontrés ce mois-ci lors du Forum des responsables de la réglementation des petits réacteurs modulaires de l’AIEA, pour échanger des données d'expérience sur l’examen réglementaire des RFMP.

« De nombreux États Membres de l’AIEA s’intéressent à la mise au point et au déploiement des RFMP, qui représentent une solution plus propre que les combustibles fossiles et permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre », a déclaré Mikhail Chudakov, Directeur général adjoint de l’AIEA chargé de l'énergie nucléaire. « Le foisonnement d’activités récentes de l’AIEA sur les RFMP fait partie de nos efforts pour répondre aux demandes d’assistance des États Membres dans ce nouveau domaine passionnant », a-t-il précisé.

L’AIEA a récemment publié deux nouveaux documents sur les RFMP : Deployment Indicators for Small Modular Reactors, qui offre aux États Membres une méthode d’évaluation du déploiement potentiel de RFMP dans leur système énergétique national, et une édition mise à jour du document Advances in Small Modular Reactor Technology Developments, qui présente un bref aperçu de l’état actuel des modèles de RFMP dans le monde et qui a pour objet de compléter le Système d'information sur les réacteurs avancés (ARIS).

Les RFMP peuvent répondre aux besoins d’un large éventail d’utilisateurs et se substituer, moyennant de faibles émissions de carbone, aux centrales à combustibles fossiles vieillissantes. Ils comportent des dispositifs de sûreté améliorés et peuvent être utilisés à d'autres fins que la production d'électricité, notamment le refroidissement, le chauffage et le dessalement de l'eau de mer. Les RFMP constituent également une option de choix pour des pays possédant un petit réseau électrique, tout comme pour les régions dont l’infrastructure est moins développée, et pour des systèmes énergétiques associant l'énergie nucléaire à d'autres sources d'énergie, dont les renouvelables.

Bien que les RFMP nécessitent un investissement initial par unité moins élevé, leur production d'électricité reviendra probablement plus cher que celle de grands réacteurs. Les coûts de ces réacteurs seront mis en balance avec ceux d’autres options et leur compétitivité devra être assurée au moyen d'économies d'échelle. Pour déployer rapidement les RFMP, il faudra développer une chaîne d’approvisionnement résiliente, mettre en place des ressources humaines et élaborer un cadre réglementaire solide.

« Il y a des considérations de sûreté et de sécurité à prendre en compte à chaque étape de l’élaboration et de la mise en œuvre des projets de RFMP », a expliqué Juan Carlos Lentijo, Directeur général adjoint de l’AIEA chargé de la sûreté et de la sécurité. « Les normes de sûreté et les orientations sur la sécurité nucléaire de l’AIEA offrent un cadre d’appui à cet égard », a-t-il ajouté.

Ressources

  1. Emploi
  2. Femmes
  3. Presse

Suivez-nous

Lettre d'information