La nutrition et le vieillissement

Le nombre de personnes âgées est en augmentation rapide. La perte de masse musculaire maigre et de densité osseuse, les carences en micronutriments, le surpoids et l’obésité comptent parmi les principaux problèmes de santé auxquels cette catégorie de personnes est confrontée. Les techniques nucléaires et isotopiques permettent de mesurer les variations de la densité osseuse, de la masse musculaire, de l’activité physique et de l’assimilation des nutriments.

Un mode de vie sain tout au long de la vie, en particulier une alimentation équilibrée et une activité physique régulière, contribue à réduire le risque de souffrir de maladies non transmissibles et à améliorer les capacités physiques et mentales à un âge avancé. Selon les estimations, la proportion des personnes de plus de 60 ans dans la population mondiale devrait presque doubler entre 2015 et 2050, passant de 12 à 22 %. Les personnes âgées sont particulièrement exposées à la malnutrition. La masse corporelle maigre (les muscles) et le métabolisme de base déclinent avec l’âge. Les carences en micronutriments sont courantes chez les personnes âgées, notamment parce que celles-ci consomment moins d’aliments et ont une alimentation peu variée. Cette catégorie de personnes doit également faire face à une obésité croissante et à la réduction de la densité osseuse, pouvant entraîner l’ostéoporose. Cette pathologie et les fractures associées sont l’une des principales causes de maladie, de handicap et de décès chez les personnes âgées, en particulier chez les femmes ménopausées. Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le nombre annuel de fractures de la hanche dans le monde devrait passer de 1,7 million en 1990 à environ 6,3 millions d’ici 2050.

Si ces fractures ne sont pas soignées, elles peuvent avoir des conséquences néfastes pour les personnes âgées, entraînant, par exemple, des douleurs, des déformations, des problèmes de santé physique et mentale ou la mort.

L’AIEA appuie l’utilisation d’isotopes stables et de techniques nucléaires connexes dans le cadre de la mesure des variations de la composition corporelle (généralement la perte de masse musculaire et l’augmentation de la masse grasse) et de l’activité physique, ainsi qu’aux fins de l’évaluation de la santé des os et de la biodisponibilité des micronutriments.

  • Selon l’OMS, l’absorptiométrie à rayons X en double énergie (DEXA) est la meilleure technique pour l’évaluation de la densité minérale osseuse chez les femmes ménopausées. Le classement relatif à l’ostéoporose établi par cette organisation est fondé sur les résultats obtenus grâce à cette technique.
  • La composition corporelle change avec l’âge. Le régime alimentaire et l’activité physique influent sur la perte de masse musculaire, ou sarcopénie. Une telle perte donne donc des indications sur la qualité du régime alimentaire et l’activité physique pratiquée. Bien que les besoins énergétiques diminuent avec l’âge, les apports énergétiques ne sont souvent pas réduits, ce qui peut entraîner un accroissement de la masse grasse et une obésité abdominale. Il est, par conséquent, important de surveiller la composition corporelle, car des variations sont liées à des changements physiologiques qui peuvent entraîner des maladies.
  • En mesurant la dépense énergétique totale, il est possible d’évaluer de façon objective la qualité de vie des personnes âgées. En effet, l’activité physique améliore généralement la qualité de vie et la santé mentale. Elle contribue aussi dans une large mesure à ralentir la perte de masse musculaire et à réduire les effets de l’ostéoporose. La technique de l’eau doublement marquée peut être utilisée pour valider les mesures de l’activité physique et évaluer l’impact des interventions destinées à accroître l’activité physique des personnes âgées.
  • Évaluer la qualité du régime alimentaire : absorption et rétention de la provitamine A, du fer et du zinc provenant d’aliments fortifiés, d’aliments biofortifiés (grâce à l’accumulation d’une plus grande quantité de minéraux et de vitamines pendant la croissance des plantes) ou de régimes mixtes ; et biodisponibilité de protéines dans les aliments d’origine végétale.

Les activités menées dans ce domaine contribuent à la réalisation de l’objectif de développement durable 3.4, qui consiste à réduire d’un tiers, grâce à la prévention et au traitement, le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles d’ici à 2030, ainsi qu’à promouvoir la santé mentale et le bien-être.

Fonctionnement de l’absorptiométrie à rayons X en double énergie

  • La DEXA est une technique qui permet de mesurer la densité des os et des tissus mous grâce à deux faisceaux de rayons X d’énergies différentes. Elle a été conçue principalement pour mesurer la densité minérale osseuse chez l’adulte, dans le cadre du diagnostic de l’ostéoporose. Cependant, elle peut également servir à mesurer la composition corporelle avec une grande précision.
  • La DEXA repose sur un modèle de composition corporelle à trois compartiments : constituants minéraux osseux, tissus mous gras et tissus mous maigres.
  • La DEXA permet d’obtenir des mesures qui concernent l’ensemble du corps ou certaines parties uniquement : les bras, les jambes, le bassin, le tronc et la tête.
  • Il est possible de diagnostiquer la sarcopénie (perte de muscle chez les personnes âgées) en évaluant la perte de tissus mous maigres dans les bras et les jambes.
  • Les systèmes de DEXA émettent des rayonnements ionisants. Pendant l’acte, les personnes qui subissent l’examen et les manipulateurs reçoivent une petite dose de rayonnements, qui est comparable au rayonnement de fond naturel que reçoit une personne sur une journée.

Ressources

  1. Emploi
  2. Femmes
  3. Presse

Suivez-nous

Lettre d'information