You are here

Programme de bourses Marie Skłodowska‑Curie : le processus de présentation de candidature est lancé

,

Les étudiantes souhaitant bénéficier du programme de bourses Marie Sklodowska-Curie de l’AIEA pour effectuer un master en science et technologie nucléaires, en sûreté et sécurité nucléaires ou en non‑prolifération nucléaire sont invitées à présenter leur candidature. Jusqu’à 100 boursières seront sélectionnées chaque année, ce qui contribuera à accroître le nombre de jeunes femmes qualifiées dans le domaine du nucléaire. Le programme vise également à appuyer la constitution d’un personnel à parité femmes‑hommes, contribuant ainsi à l’innovation scientifique et technologique dans le monde entier, étant donné que la diversité stimule la créativité et la productivité. Les étudiantes ont jusqu’au 11 octobre 2020, minuit, pour présenter leur candidature et tenter d’obtenir l’une des 100 premières bourses.

« Étudier la science et la technologie nucléaires est passionnant, parce qu’il ne s’agit pas d’une discipline abstraite mais d’un aspect de notre vie quotidienne », dit Tatjana Jevremovic, Présidente du comité de sélection technique du programme de bourses Marie Sklodowska‑Curie et chef d’équipe chargée du développement de la filière des réacteurs refroidis par eau à l’AIEA. « Les technologies nucléaires les plus connues sont celles utilisées en médecine et pour la production d’électricité mais il existe de nombreuses autres applications, notamment dans l’industrie alimentaire et l’agriculture, la navigation spatiale, la sécurité des aéroports, le changement climatique, la protection de l’environnement et l’art. En se spécialisant dans le nucléaire, les jeunes femmes peuvent véritablement améliorer la vie quotidienne et contribuer à rendre le monde meilleur pour tous. »

Un personnel qualifié est indispensable au développement de la science et de la technologie nucléaires et à l’exploitation de toutes les possibilités qu’elles offrent en matière d’innovation et de productivité. La demande de compétences en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STIM) est élevée et continuera de croître face aux besoins d’innovation et de croissance économique du monde moderne. Les femmes jouent depuis longtemps un rôle fondamental dans la science et la technologie nucléaires. Le programme de bourses porte le nom de la physicienne pionnière et double lauréate du Prix Nobel Marie Sklodowska‑Curie. Les travaux pionniers que celle‑ci a menés sur la radioactivité à la fin du XIXe siècle ont permis au monde d’exploiter la puissance de l’atome et d’en tirer d’innombrables avantages pour l’humanité. De nombreuses autres femmes de science continuent de faire des découvertes remarquables et de susciter des progrès scientifiques extraordinaires.

Dans un message vidéo prononcé au lancement du programme de bourses, en mars 2020, Hélène Langevin‑Joliot, physicienne nucléaire et petite‑fille de Marie Skłodowska‑Curie, a déclaré ce qui suit : « Marie Skłodowska‑Curie était fermement convaincue que les femmes et les hommes possédaient les mêmes capacités pour l’étude des sciences. [...] Elle aurait certainement voulu que les femmes se fassent bien plus rapidement leur place dans la science ».

Or, les femmes sont encore une minorité des professionnels du secteur nucléaire dans le monde. Les femmes rencontrent souvent des obstacles les empêchant de se lancer et de progresser dans les domaines des STIM, dès leur scolarité. En permettant à un plus grand nombre de femmes du monde entier d’étudier la science, la technologie, la sûreté, la sécurité et la non-prolifération nucléaires, le programme de bourses Marie Skłodowska‑Curie de l’AIEA peut contribuer à l’élimination des disparités persistantes entre les hommes et les femmes dans le domaine du nucléaire.

Les boursières recevront jusqu’à 10 000 euros par an pour payer leurs frais d’inscription et jusqu’à 10 000 euros pour les aider à subvenir à leurs besoins, en fonction du coût de la vie au lieu de leurs études, pour une durée maximale de deux ans. Des bourses seront attribuées à 100 étudiantes par an, sous réserve de la disponibilité des fonds. Les candidates sélectionnées pourront également effectuer à l’AIEA un stage en lien avec leur domaine d’étude.

« Le nucléaire est un domaine très varié et offre des possibilités nombreuses, voire illimitées », affirme Tatjana Jevremovic. Elles vont des traitements novateurs contre le cancer et de la détection des épidémies à la gestion de l’eau et des sols, en passant par la recherche sur les contaminants environnementaux, la radiographie industrielle et la criminalistique. Il peut aussi s’agir de concevoir et de construire une nouvelle génération de réacteurs nucléaires de puissance capables de produire plus d’électricité propre avec moins de ressources, afin de stimuler le développement socioéconomique dans le monde tout en luttant contre le changement climatique ».

L’AIEA aide les femmes à s’engager davantage dans le nucléaire en renforçant leur participation à des formations théoriques et pratiques, à des ateliers, à des programmes de bourses, à des visites scientifiques et à des réseaux régionaux de formation sur le nucléaire. Le programme de bourses Marie Skłodowska‑Curie se propose d’accroître encore cette action en visant à établir la parité hommes‑femmes au sein des programmes nationaux et mondiaux relatifs à l’énergie nucléaire et aux applications nucléaires, y compris la sûreté et la sécurité nucléaires.

« Le système éducatif a un rôle crucial à jouer comme étape initiale de l’approvisionnement en professionnels du nucléaire », explique Mikhail Chudakov, Directeur général adjoint chargé de l’énergie nucléaire qui gère le programme de bourses Marie Skłodowska-Curie de l’AIEA. « Il importe d’intéresser les femmes et les jeunes filles à la science et à la technologie nucléaires et de créer un environnement dans lequel elles puissent s’épanouir et progresser afin de répondre à la demande de personnel qualifié dans ce domaine ».

Le programme de bourse est ouvert à toute étudiante d’un État Membre de l’AIEA acceptée dans un programme de master d’une université agréée ou qui suivant déjà un tel programme. Il sera tenu compte de la répartition géographique, de la répartition des domaines d’études et de la diversité linguistique lors de la sélection des boursières.

Si vous voulez savoir comment présenter une candidature, cliquez ici.

Plus

Dernière mise à jour : 28/08/2020

Suivez-nous

Lettre d'information