You are here

Conseil de l'AIEA : le Directeur général, M. Amano, affirme que l'Iran respecte ses engagements liés au nucléaire pris au titre du PAGC

,

L'Iran respecte ses engagements en matière nucléaire pris au titre du Plan d’action global commun (PAGC), a déclaré lundi le Directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano, devant les 35 membres du Conseil des gouverneurs de l'Agence.

« À ce jour, je peux affirmer que l'Iran respecte ses engagements en matière nucléaire », a-t-il dit dans sa déclaration liminaire au Conseil. « Le PAGC représente un avantage considérable pour la vérification. Il est essentiel que l'Iran continue de mettre pleinement en œuvre ces engagements. Un échec du PAGC porterait grand préjudice à la vérification nucléaire et au multilatéralisme. »

M. Amano a précisé que les inspecteurs de l'AIEA avaient eu accès à tous les sites et emplacements sur lesquels ils avaient besoin de se rendre « L’Agence continue de vérifier le non-détournement de matières nucléaires déclarées par l’Iran en vertu de son accord de garanties », a-t-il ajouté. « Les évaluations concernant l’absence de matières et d’activités nucléaires non déclarées en Iran se poursuivent. »

Lors d'une conférence de presse plus tard dans la journée, M. Amano a donné de plus amples détails sur les activités de l'Agence en Iran.

« Nos activités d'inspection ont doublé depuis 2013. Les inspecteurs de l'AIEA passent désormais 3 000 jours calendaires par année sur le terrain en Iran », a-t-il déclaré. « Nous avons installé quelque 2 000 scellés anti-fraude sur les matières et les équipements nucléaires. Nous recueillons et analysons des centaines de milliers d'images prises chaque jour par nos caméras de surveillance sophistiquées en Iran, ce qui représente environ la moitié du nombre total d'images que nous recueillons dans le monde entier. »

Sûreté nucléaire et énergie nucléaire

Le Conseil des gouverneurs examinera cette semaine deux rapports clés, à savoir le Rapport d'ensemble sur la sûreté nucléaire et le Rapport d'ensemble sur la technologie nucléaire de 2018.

Le Rapport d'ensemble sur la sûreté nucléaire fournit un aperçu général des tendances et des priorités en matière de sécurité nucléaire pour 2018 et au-delà, et indique comment l'AIEA prévoit de renforcer encore ses travaux dans le domaine de la sûreté nucléaire, y compris la gestion des déchets. Le Rapport d'ensemble sur la technologie nucléaire met quant à lui en lumière les faits nouveaux dans le monde concernant l'électronucléaire ainsi qu'un vaste éventail d'applications, concernant notamment l'alimentation et l'agriculture et les soins de santé.

S'agissant de la sécurité nucléaire, M. Amano a fait savoir au Conseil que l'AIEA mettait actuellement en œuvre le Plan sur la sécurité nucléaire pour 2018-2021, qui a été adopté par le Conseil en septembre 2017.

Il a annoncé le lancement d'un nouveau service de l'Agence destiné à aider les États Membres à développer l'infrastructure pour les réacteurs nucléaires de recherche. « La première mission d'Examen intégré de l’infrastructure nucléaire pour les réacteurs de recherche a été effectuée le mois dernier au Nigeria. »

M. Amano a relevé que les outils de modélisation et de planification énergétique de l'AIEA aidaient les États Membres à atteindre les objectifs de développement durable. « Ces outils, déjà utilisés par près de 150 pays et 21 organisations internationales, permettent aux experts de planifier l'avenir énergétique d'un pays, avec ou sans l'électronucléaire », a-t-il affirmé.

M. Amano a informé le Conseil que le forum scientifique de septembre serait axé sur les changements climatiques et sur le rôle que la technologie nucléaire pouvait jouer pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour remédier aux conséquences des changements climatiques.

Applications nucléaires et coopération technique

M. Amano a aussi noté les progrès réalisés dans la modernisation des laboratoires des applications nucléaires de l'AIEA à Seibersdorf, près de Vienne. Cette année, un nouvel accélérateur linéaire pour le Laboratoire de dosimétrie entrera en service, tandis qu'un nouveau laboratoire modulaire polyvalent sera inauguré en novembre. Le Directeur général a remercié les 33 États Membres et autres contributeurs qui ont versé plus de 32,5 millions d'euros de contributions en espèces et en nature au projet de modernisation.

Il a rappelé que l'événement de l'Agence le plus important de l'année serait la Conférence ministérielle de l'AIEA sur la science et la technologie nucléaires, qui se tiendrait à Vienne du 28 au 30 novembre.

« Cette conférence rassemblera ministres, experts techniques et beaucoup d'autres personnes afin d'examiner comment les pays peuvent tirer le meilleur parti de la science et la technologie nucléaires pour atteindre leurs objectifs de développement », a-t-il expliqué. Il a ajouté qu'il serait important d'aborder dans le cadre de la conférence les façons dont la technologie nucléaire pouvait aider les pays à produire davantage d'aliments, à augmenter leur production d'électricité, à traiter des maladies comme le cancer, à gérer leurs ressources en eau ou encore à lutter contre les changements climatiques.

L'importance du programme de coopération technique (CT) de l'AIEA a également été soulignée : il s'agit de son principal mécanisme de fourniture de services aux États Membres dans le cadre de son mandat, sous la devise « L’atome pour la paix et le développement ». « En 2017, le taux de mise en œuvre de la CT était de 86,3 %, niveau encourageant qui reflète l'engagement et le dévouement des États Membres et des fonctionnaires de l'Agence ainsi que l'augmentation des ressources du budget ordinaire pour le personnel », a dit M. Amano.

Parmi les exemples de programmes de CT fructueux, il a mis en avant l'appui fourni par l'Agence pour la production de soja en Indonésie, le lancement d'un nouveau projet aux Philippines intitulé « Formation des étudiants du secondaire et des professeurs de sciences aux sciences et technologies nucléaires », ainsi que le soutien apporté au Mexique à la suite du séisme de 2017 pour déterminer si les structures endommagées risquaient de s'effondrer.

Plus

Dernière mise à jour: 21/05/2018

Ressources

  1. Emploi
  2. Femmes
  3. Presse

Suivez-nous

Lettre d'information