Optimiser la qualité des images

L’imagerie médicale est l’un des outils de la médecine moderne les plus utiles. Cependant, l’utilisation des rayonnements ionisants en imagerie entraîne inévitablement des risques. L’AIEA propose des formations et élabore des procédures et des lignes directrices en vue de réduire le plus possible ces risques et d’optimiser les pratiques médicales dans ce domaine.

Trouver le juste équilibre entre qualité de l’image et doses de rayonnements

L’imagerie médicale permet de diagnostiquer les problèmes de santé de manière précise et rapide, et d’améliorer ainsi l’efficacité des traitements. L’utilisation des rayonnements ionisants en imagerie s’est considérablement développée au cours des dernières années, mais cette technologie comporte son lot de risques. Malheureusement, pour améliorer la qualité des images médicales, il n’y a pas d’autre moyen que d’augmenter les doses de rayonnements envoyées au patient, ce qui accroît les risques radiologiques.

Par conséquent, l’objectif de l’imagerie médicale n’est pas de produire une image parfaite, mais une image suffisamment claire pour permettre le diagnostic du problème de santé suspecté. C’est ce que vise l’optimisation : trouver le juste équilibre entre qualité de l’image et doses de rayonnements.

L’application de ce principe d’optimisation aux expositions médicales demande une approche particulière, car une dose de rayonnement trop faible n’est pas plus souhaitable qu’une dose trop élevée : la qualité des images obtenues pourrait être insuffisante pour permettre de poser un diagnostic.

En vue d’optimiser les procédés d’imagerie médicale, il convient de procéder tout d’abord à un audit du service d’imagerie de l’établissement contrôlé, en particulier des doses de rayonnements administrées et de la qualité des images obtenues.

Cette opération doit être menée avec l’équipe, notamment le radiologue ou le médecin spécialiste de médecine nucléaire responsable du service, le technicien en chef chargé des rayonnements médicaux (manipulateur en électroradiologie médicale), le physicien médical et éventuellement l’ingénieur chargé de la maintenance des appareils. Chacun de ces professionnels mettra à profit son expérience et ses compétences en vue du bon déroulement du processus. De plus, tout projet d’optimisation doit être fondé sur une base qualitative solide, afin que les niveaux de cohérence et de haute performance visés puissent être confirmés sur toute la chaîne d’imagerie.

L’AIEA apporte un soutien aux professionnels de l’imagerie médicale de manière directe, grâce à la formation qu’elle propose, ou de manière indirecte, en élaborant des procédures et des lignes directrices adaptées concernant les aspects et les exigences à satisfaire pour assurer la sûreté et l’efficacité de l’imagerie médicale.

Les services de formation de l’Agence peuvent répondre aux besoins de certains professionnels dans le cadre d’un processus structuré (par exemple au moyen de bourses et de visites scientifiques) ou à ceux des États Membres, grâce à l’organisation de cours nationaux. L’AIEA propose également des cours régionaux et internationaux. En ce qui concerne l’optimisation et la qualité, des cours ont été spécialement élaborés à l’intention des radiologues, des physiciens médicaux, des manipulateurs en radiologie et d’autres professionnels de la médecine. Ils ont pour but d’instaurer des pratiques de qualité et d’appuyer les opérations d’optimisation.

Ressources

  1. Emploi
  2. Femmes
  3. Presse

Suivez-nous

Lettre d'information