You are here

Une victoire mondiale contre la COVID 19 passe par des partenariats créatifs

Takako Ohyabu

Takako Ohyabu est responsable de la Direction des affaires internationales de la société pharmaceutique Takeda. Diplômée en sciences politiques et formée à l’administration et aux affaires publiques, elle a acquis une vaste expérience dans la communication institutionnelle au niveau mondial au sein de plusieurs entreprises.

La lutte engagée dans le monde entier contre la COVID-19 a renforcé la résilience de l’humanité et mis en lumière la puissance sans égal qu’offrent les partenariats créatifs. Elle a aussi souligné le coût élevé, en termes humains et financiers, des systèmes de santé fragiles, bilan que ne connaissent que trop bien les populations en proie à des maladies infectieuses et non transmissibles dans les pays en développement. Si la lutte contre la COVID-19 ne fait que commencer, le combat contre de nombreuses autres menaces sanitaires fait rage depuis bien longtemps.

Les enjeux de toute crise sanitaire – qu’elle soit récente ou vieille de plusieurs décennies ne se limitent pas à la mise au point de médicaments ou de vaccins sûrs et efficaces. Nous avons besoin d’un nombre suffisant de professionnels de santé qualifiés pour traiter tous les patients, de chaînes d’approvisionnement garantissant l’accès aux équipements essentiels, à l’eau potable, à l’alimentation et aux médicaments, de programmes continus de soins préventifs pour tous, en particulier les enfants, les mères et autres groupes vulnérables, de communautés bien informées et correctement desservies sur le plan sanitaire, et de nombreuses autres choses encore. Tout cela suppose une multitude de partenaires déterminés à collaborer et à tenir le cap.

La consolidation des systèmes de santé et le renforcement des capacités exigent la mobilisation de moyens financiers importants sur le long terme et le recours à des partenariats intersectoriels et interinstitutionnels qu’il est parfois difficile d’appréhender et de gérer. Si ces priorités brillent rarement par leurs résultats immédiats, leurs avantages se détachent très nettement en temps de crise, aucun arsenal d’inventions et de technologies, si sophistiqué soit-il, ne pouvant s’imposer à grande échelle sans systèmes de soutien efficaces.

Depuis plus de dix ans, s’appuyant sur son programme mondial de responsabilité sociale des entreprises et sur ses partenariats, Takeda s’emploie à consolider durablement les systèmes de santé et à renforcer les capacités dans les pays en développement. La lutte contre la COVID-19 ne fait qu’accroître l’importance de ce programme, de nos partenariats et des moyens que ces derniers ont permis de mettre en place, qui font maintenant partie de l’arsenal déployé contre la pandémie.

Chez Takeda, nous avons mené une longue et profonde réflexion sur ce que nous pourrions faire pour continuer d’apporter aux systèmes de santé un appui que nous savons crucial pour surmonter les difficultés persistantes et faire face aux situations d’urgence de l’instant présent tout en s’attachant à relever également les défis sans précédents que pose la COVID-19. Nous poursuivrons les initiatives lancées dans le cadre du programme mondial de responsabilité sociale des entreprises pour améliorer les services de santé (notamment en ce qui concerne la santé maternelle, néonatale et infantile), améliorer la chaîne d’approvisionnement et former des professionnels de santé. En outre, nous avons mis sur pied la CoVIg-19 Plasma Alliance avec d’autres entreprises de ce même secteur, qui entend accélérer la mise au point d’un éventuel traitement de la COVID-19 par transfusion de plasma, et nous avons répertorié quelques idées judicieuses qui permettraient de mettre à profit les ressources philanthropiques pour combattre la pandémie jusqu’au bout et continuer de dynamiser les systèmes de santé à court et à long terme.

L’important, à nos yeux, est que les initiatives que nous appuyons soient menées dans un esprit de collaboration et de globalité – et non isolément. C’est pourquoi nous avons contribué à hauteur de 23 millions de dollars aux travaux de trois organismes des Nations Unies : l’AIEA, le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA). Les efforts exceptionnels déployés par ces institutions pour, respectivement, améliorer les capacités de diagnostic nationales, renforcer les chaînes d’approvisionnement en matière de santé publique pendant la pandémie et garantir un accès continu à des soins de santé maternelle et néonatale de qualité vont totalement dans le sens du Plan de réponse humanitaire global COVID-19 des Nations Unies et permettront aux systèmes mondiaux d’être mieux armés pour anticiper les situations d’urgence à venir.

Nous avons appris, à la faveur des liens que nous entretenons avec l’AIEA, que l’Agence travaillait d’ores et déjà à la détection et au diagnostic des zoonoses. L’AIEA dispose dès à présent de techniques tout indiquées pour combattre la nouvelle pandémie et, en sa qualité de membre de l’Équipe de l’ONU pour la gestion de la crise de la COVID-19 dirigée par l’Organisation mondiale de la Santé, est prête à les déployer pour répondre aux besoins urgents des États Membres de l’ONU.

Lorsque nous avons évalué les possibilités de contributions à la lutte contre la COVID-19, nous nous sommes réjouis de constater qu’en plus de fournir des kits de diagnostic et des équipements de sécurité biologique essentiels tels que des équipements de protection individuels et des enceintes de laboratoire, l’AIEA cherchait à renforcer les moyens techniques afin de faciliter la détection et l’identification rapides et précises du nouveau coronavirus responsable de la COVID-19. Cette approche globale permet de faire face aux difficultés immédiates rencontrées par les pays et de renforcer à long terme les capacités techniques et opérationnelles de diagnostic des laboratoires nationaux.

Les synergies entre les activités liées à la COVID-19 que mènent l’AIEA, le PAM et l’UNFPA rendent possible une approche « interarmes » de la crise, chaque organisation déployant un ensemble unique de forces complémentaires pour amplifier l’action des autres. Takeda soutient la collaboration interinstitutionnelle autant que les efforts individuels destinés à réagir plus vigoureusement à la crise à laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés. Nous sommes convaincus que des systèmes de santé solides et des partenariats créatifs peuvent venir à bout des difficultés actuelles, prévenir celles de demain et nous préparer à y faire face.

June, 2020
Vol. 61-2

Suivez-nous

Lettre d'information