Le programme relatif à la santé humaine

Le programme relatif à la santé humaine

 

Les maladies non transmissibles telles que le cancer et les maladies cardiovasculaires tuent des millions de personnes chaque année, et le nombre de décès augmente tout particulièrement dans les pays à revenu faible et intermédiaire. L’AIEA a mis en place le programme relatif à la santé humaine afin d’aider les États Membres à utiliser les techniques nucléaires pour prévenir, diagnostiquer et traiter ces maladies.

De la prévention au diagnostic et à la thérapie

Le programme relatif à la santé humaine fournit une approche complète de la prévention, du diagnostic et du traitement des maladies non transmissibles en se concentrant sur quatre domaines principaux : la nutrition, le diagnostic et le suivi, la radio-oncologie et la radiothérapie, et l’assurance de la qualité.

Une bonne nutrition est essentielle au bien-être humain, comme il est reconnu dans les objectifs de développement durable de l’ONU. Dans le cadre de ses activités de prévention et de promotion d’un mode de vie sain, le programme relatif à la santé humaine de l’AIEA appuie la réalisation des objectifs de développement durable grâce à l’application des techniques nucléaires, en particulier celles qui utilisent des isotopes stables. Les principaux domaines concernés par le programme sont les suivants :

  • la nutrition du nourrisson et du jeune enfant ;
  • l’obésité infantile ;
  • la nutrition de la mère et de l’adolescente ;
  • la nutrition et le vieillissement ;
  • le régime alimentaire ;
  • l’évaluation des effets de l’environnement sur la santé.

Dans les domaines du diagnostic et du suivi, le programme relatif à la santé humaine contribue à la mise en place de nouvelles installations de médecine nucléaire et d’imagerie diagnostique et à l’amélioration des installations existantes. Il aide également les États Membres de l’AIEA à renforcer leur capacité à répondre aux grands problèmes de santé publique, comme le cancer et les maladies cardiovasculaires. Pour cela, divers moyens sont utilisés :

  • l’élaboration, l’évaluation et l’introduction de méthodes diagnostiques et thérapeutiques appropriées utilisant les technologies de médecine nucléaire et d’imagerie diagnostique ;
  • le transfert de technologies modernes aux États Membres ;
  • l’assistance des États Membres dans l’établissement de systèmes de gestion de la qualité en médecine nucléaire ;
  • l’offre de formation théorique et pratique ;
  • la mise à disposition d’outils d’apprentissage à distance en ligne et la formation professionnelle continue.

Le programme fournit des compétences techniques spécialisées en radio-oncologie, et promeut et coordonne la recherche en radio-oncologie clinique et en radiobiologie appliquée. Les compétences techniques proposées dans ces domaines prennent la forme :

  • d’une aide à l’optimisation de la radiothérapie et à l’application efficace et efficiente des techniques avancées de traitement du cancer actuelles et futures ;
  • d’une aide à la modernisation et à la création d’installations de radiothérapie et de services de curiethérapie, ainsi qu’à l’utilisation de nouvelles techniques et à la mise en place de programmes de formation théorique destinés aux professionnels de la radiothérapie ;
  • d’un appui aux projets de coopération technique de l’AIEA directement axés sur la lutte contre le cancer au niveau mondial ;
  • d’un renforcement de la capacité des États Membres à mettre en place des politiques judicieuses régissant l’administration de la radiothérapie et du traitement contre le cancer.

L’assurance de la qualité visant à assurer la sûreté des patients

Les méthodes utilisées pour l’imagerie et le traitement requièrent une dosimétrie précise et des procédures d’assurance de la qualité complexes. La technologie employée étant de plus en plus avancée, la demande de services d’assurance de la qualité adéquats pour garantir des résultats cliniques appropriés ne compromettant pas la sûreté du patient devrait augmenter.

L’AIEA élabore des codes de bonnes pratiques et des lignes directrices sur la dosimétrie et l’assurance de la qualité harmonisés à l’échelle internationale, et formule des recommandations concernant les meilleures pratiques. Elle fournit également aux États Membres des orientations relatives à leur mise en œuvre. Par ailleurs, elle gère un laboratoire de dosimétrie, qui joue un rôle essentiel dans l’élaboration et la diffusion des meilleures pratiques en vue de l’utilisation sûre et efficace des rayonnements à des fins de diagnostic et de traitement du cancer. Ce laboratoire propose des services d’assurance de la qualité de premier plan dans le domaine de la physique médicale et de la dosimétrie, notamment l’établissement des étalons de référence utilisés dans les mesures dosimétriques et les services d’audit dosimétrique.

Ressources

  1. Emploi
  2. Femmes
  3. Presse

Suivez-nous

Lettre d'information