You are here

Résolutions adoptées pour renforcer la sûreté, la sécurité, la science et la technologie nucléaires : Fin de la 61 session ordinaire de la Conférence générale de l'AIEA

,

La 61e session de la Conférence générale de l’AIEA s'est achevée aujourd'hui. (Vidéo : A. Silva, J. Weilguny/AIEA)

Les mesures visant à renforcer la coopération internationale dans les domaines de la sûreté et de la sécurité nucléaires et à faire progresser la science et la technologie nucléaires dans les applications énergétiques et non énergétiques ont été au cœur de certaines des principales résolutions adoptées à la 61e session ordinaire de la Conférence générale de l'AIEA, qui s'est achevée aujourd'hui.

Une résolution sur le renforcement de l’efficacité et l'amélioration de l’efficience des garanties de l’AIEA consacre les garanties comme élément essentiel de la non-prolifération nucléaire, car elles donnent l'assurance que les États s’acquittent de leurs obligations découlant des accords de garanties pertinents et qu'elles contribuent à l’instauration d’un climat propice à la coopération dans le domaine nucléaire.

Lors de la Conférence, qui a duré une semaine, du 18 au 22 septembre, à Vienne, les délégués ont aussi adopté une résolution sur le renforcement des activités de coopération technique de l'AIEA, prenant note des projets en cours dans une large gamme de domaines comme la gestion des connaissances nucléaires, la formation théorique et pratique, l'assistance aux organismes nucléaires nationaux pour la mise en place et le renforcement de l'infrastructure de base et des cadres réglementaires dans ce domaine, et l'amélioration des capacités techniques pour assurer la durabilité. La résolution demande en outre que le programme de coopération technique tienne compte des besoins spécifiques de chaque État Membre, en particulier des pays en développement et des pays les moins avancés, pour la réalisation des objectifs de développement durable.

Le jeudi et le vendredi, aux séances plénières de l'après-midi, la Conférence générale a adopté des résolutions sur l'application des garanties de l'AIEA au Moyen-Orient et la mise en œuvre de l'accord de garanties TNP (Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires) entre l'Agence et la République populaire démocratique de Corée, respectivement.

Les résolutions et décisions de la Conférence générale guideront la mise en œuvre des activités de l'AIEA pendant l'année à venir. Elles seront publiées ici dès qu'elles seront disponibles.

Les délégués ont aussi approuvé le budget de l'AIEA pour 2018.

À la fin de la 61e session de la Conférence générale, 90 États Membres avaient promis des contributions au Fonds de coopération technique pour 2018. Si tous les États Membres ne profitent pas de la Conférence générale pour annoncer leur contribution, des promesses faites par un aussi grand nombre de pays - plus de 50% de tous les États Membres - représentent un record. L'objectif du Fonds de coopération technique pour 2018 est de 85,7 millions d'euros.

La Conférence générale se tient chaque année et donne l'occasion à tous les États Membres d'examiner ensemble des questions relatives aux travaux en cours, au budget et aux priorités de l'AIEA. Elle a réuni cette année près de 2 500 participants, dont des délégués de 157 des 168 États Membres et des représentants d'organisations internationales, d'organisations non gouvernementales et des médias.

Le Directeur général de l'AIEA, M. Yukiya Amano, dont le mandat a été renouvelé pour quatre années supplémentaires, a souligné dans sa déclaration liminaire la détermination de l'organisation à satisfaire rapidement les besoins de ses États Membres en menant des programmes de qualité et en obtenant des résultats concrets.

M. Amano a aussi noté que le rôle unique de l'AIEA dans le transfert de technologie nucléaire aux pays en développement, ses activités de vérification nucléaire et l'assistance qu'elle apporte aux pays pour atteindre les objectifs de développement durable de l'ONU étaient de mieux en mieux connus au niveau mondial.

Les délégués à la Conférence générale ont approuvé la demande d'adhésion de la Grenade. Onze pays ont été nouvellement élus comme membres du Conseil des gouverneurs, qui en compte 35, pour la période 2017-2019. Il s'agit des pays suivants : Arménie, Belgique, Chili, Indonésie, Jordanie, Kenya, Portugal, République de Corée, Serbie, Soudan et Venezuela (République bolivarienne du).

Forum scientifique et manifestations parallèles

Tout au long de la semaine, les délégués ont pu assister à une sélection de plus de 50 manifestations parallèles mettant en lumière les activités et programmes spéciaux du Secrétariat de l'AIEA, ainsi que de plusieurs États Membres, y compris un forum scientifique de deux jours consacré au rôle vital que peut jouer la science nucléaire dans la prévention, le dépistage, le diagnostic et le traitement des principales maladies, et dans l'amélioration de la santé et du bien-être. S.M. Letsie III, roi du Lesotho, était l'invité d'honneur du forum et a prononcé le discours d'ouverture.

Les autres manifestations comprenaient une table ronde sur la valeur ajoutée de l'égalité des sexes dans les organisations et des séances d'information sur l'emploi de l'imagerie moléculaire dans le diagnostic de la démence, le programme de formation en ligne de l'AIEA en matière de sécurité nucléaire, et l'innovation en matière d'énergie nucléaire dans le cadre de la réponse globale aux changements climatiques.

Pendant la semaine, des participants de 20 délégations ont visité les huit laboratoires de l'AIEA à Seibersdorf (Autriche), qui fournissent une assistance technique aux États Membres dans les domaines de l'alimentation et l'agriculture, de la santé humaine, de l'environnement et de la mise au point et l'utilisation d'instruments scientifiques nucléaires.

La 62e session ordinaire de la Conférence générale de l'AIEA se tiendra du 17 au 21 septembre 2018, au Siège de l'organisation, à Vienne.

Plus

Dernière mise à jour : 21/06/2018

Suivez-nous

Lettre d'information