La banque d’uranium faiblement enrichi de l’AIEA

La banque d’uranium faiblement enrichi (UFE) de l’AIEA, mécanisme de dernier recours d’assurance de l’approvisionnement, constituera une réserve physique d’UFE à la disposition des États Membres de l’AIEA qui remplissent certains critères.

La banque d’UFE constituera une réserve d’UFE détenue et contrôlée par l’AIEA et permettra aux États Membres de se fournir en dernier recours, si l’approvisionnement d’une centrale nucléaire en UFE était interrompu en raison de circonstances exceptionnelles et si l’État Membre concerné était dans l’impossibilité d’obtenir de l’UFE sur le marché commercial ou par tout autre moyen. Elle sera située dans l’usine métallurgique d’Ulba, à Oskemen (Kazakhstan), et placée sous le contrôle des autorités nationales appropriées en matière de sûreté, de sécurité et de garanties.

La banque d’UFE de l’AIEA constituera une réserve physique pouvant contenir jusqu’à 90 tonnes d’uranium faiblement enrichi convenant à la fabrication de combustible destiné à un réacteur à eau ordinaire courant, type de réacteur nucléaire de puissance le plus largement utilisé dans le monde. L’UFE peut servir à fabriquer suffisamment de combustible nucléaire pour alimenter une grande ville en électricité pendant trois ans.

La banque d’UFE donnera aux États Membres une confiance accrue dans la possibilité d’obtenir du combustible nucléaire de manière certaine et prévisible en cas de rupture des arrangements existants concernant l’approvisionnement en combustible due à des circonstances exceptionnelles et lorsque l’UFE ne peut être obtenu par aucun autre moyen.

Le Directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano, et le Président du Kazakhstan, Nursultan Nazarbayev, ont inauguré l’installation d’entreposage de la banque d’uranium faiblement enrichi de l’AIEA. En 2018, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a signé des contrats d’achat d’uranium faiblement enrichi (UFE), ouvrant la voie à la création de la banque d’UFE de l’AIEA en 2019. La banque d’UFE de l’AIEA sera créée une fois l’UFE livré à l’installation d’entreposage.

La création de la banque s’inscrit dans le cadre des efforts mondiaux visant à assurer l’approvisionnement en combustible nucléaire des pays en cas de perturbation du marché libre ou de rupture d’arrangements existants en matière d’approvisionnement en UFE. Parmi les autres mécanismes d’assurance de l’approvisionnement mis en place avec l’approbation de l’AIEA figurent une réserve physique garantie d’UFE gérée par la Fédération de Russie au Centre international d’enrichissement d’uranium, à Angarsk (Russie), et une garantie d’assurance de l’approvisionnement au Royaume-Uni pour les services d’enrichissement d’UFE. Les États-Unis exploitent également leur propre réserve d’UFE.

Un des principes clés de la banque d’UFE de l’AIEA, en tant que mécanisme d’assurance de l’approvisionnement de dernier recours, est qu’il ne doit pas perturber le marché commercial. La mise à disposition et l’exploitation de la banque d’UFE de l’AIEA sont compatibles avec le droit des États Membres de l’AIEA de développer la recherche, la production et l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques. Pour pouvoir acheter de l’UFE à la banque d’UFE de l’AIEA, un État Membre doit avoir un accord de garanties généralisées avec l’AIEA en vigueur et la mise en œuvre des garanties dans cet État ne doit pas avoir donné lieu à des problèmes soumis à l’examen du Conseil des gouverneurs de l’AIEA.

Suivez-nous

Lettre d'information