You are here

Équipé et prêt à détecter

La technologie au service de la sécurité nucléaire

Joanne Liou

Un expert teste un détecteur de rayonnements de type sac à dos. (Photo : D. Calma/AIEA)

Au milieu de la foule, un agent de sécurité nucléaire suit les instructions reçues de son oreillette Bluetooth.

« Tournez à gauche... Continuez tout droit. »

Quelques minutes plus tôt, le système de détection intégré dans son sac à dos a été activé par un pic sur le moniteur de rayonnements. Ce sac à dos, à l’apparence ordinaire, comporte un dispositif capable de détecter la présence d’éléments radioactifs potentiellement nocifs et d’en identifier la source.

L’accès à un tel équipement est un atout inestimable qui nous permet de renforcer nos capacités de détection économiquement lorsque nous en avons besoin.
Jorge Gobea, chef de l’équipe spéciale conjointe chargée d’assurer la sécurité à la Journée mondiale de la jeunesse 2019 (Panama)

« Des appareils de détection des rayonnements sont utilisés pour localiser les matières nucléaires et autres matières radioactives perdues ou volées et utilisées à des fins malveillantes, explique Henry Adams, agent de sécurité nucléaire et spécialiste des équipements et de l’instrumentation à l’AIEA. Si de telles matières se retrouvaient à une grande manifestation publique, par exemple, le public et l’environnement pourraient être exposés aux effets nocifs des rayonnements ionisants, avec les graves conséquences politiques et sociales que cela suppose. »

De nombreux pays travaillent avec l’AIEA afin de trouver la technologie qui convient le mieux à leurs objectifs stratégiques et à leur régime national de sécurité nucléaire. Depuis 2009, l’AIEA prête à des autorités du monde entier divers équipements de sécurité nucléaire, comme des détecteurs de rayonnements individuels et des dispositifs d’identification de radionucléides.

Ces équipements complètent les systèmes et mesures de sécurité nucléaire relatifs notamment à la protection physique, à la législation et aux règlements, qui sont mis en place par les pays pour prévenir, détecter et contrer la menace de l’utilisation malveillante de matières nucléaires et d’autres matières radioactives.

Intérieur d’un détecteur de rayonnements de type sac à dos. (Photo : D. Calma/AIEA)

Dispositifs de haute technologie

Les détecteurs de rayonnements de type sac à dos, mis en service en 2017, sont l’un des derniers ajouts à la panoplie d’équipements de sécurité nucléaire de l’AIEA. Comme ils sont plus sensibles qu’un grand nombre d’autres appareils mobiles, ils peuvent couvrir une zone plus étendue, à savoir plusieurs mètres par dispositif contre quelques centimètres pour les autres appareils.

Les détecteurs à scintillation intégrés dans les sacs à dos peuvent catégoriser les matières détectées selon qu’il s’agit de matières industrielles, de matières médicales, de matières radioactives naturelles non dangereuses ou de matières nucléaires spéciales potentiellement dangereuses. Le dispositif peut généralement déterminer le type d’une source située à un ou deux mètres en moins de 30 secondes et, grâce à son autonomie moyenne de 12 heures, il peut être utilisé à pleine capacité sans interruption.

À l’aide de ces sacs à dos de 14 kilos, les autorités locales peuvent rassembler des données sur une zone étendue et rechercher les sources radioactives qui ont été perdues ou volées et pourraient être utilisées à des fins malveillantes. Le personnel de sécurité est formé à utilisation et à l’entretien général du matériel avant le déploiement.

« Leur versatilité et leur capacité d’identification intégrée font de ces dispositifs l’un des principaux outils pratiques de détection des rayonnements », indique Henry Adams. Il ajoute que les sacs à dos servent à couvrir des zones étendues, étant donné qu’ils sont transportables, tandis que les moniteurs stationnaires sont utilisés dans les ports et aux frontières.

Des experts de plus de 20 pays ont utilisé ces sacs à dos pour mener diverses activités de sécurité nucléaire, notamment à l’occasion de grandes manifestations publiques, comme la Journée mondiale de la jeunesse 2019 au Panama, les Jeux asiatiques 2018 en Indonésie et le Sommet du G20 de 2018 en Argentine.

« Avec l’aide de l’AIEA, nous avons pu déployer des appareils de détection dans le cadre de notre stratégie de sécurité globale pour la Journée mondiale de la jeunesse, renforçant ainsi nos mesures de sécurité, déclare le lieutenant-colonel Jorge Gobea, chef de l’équipe spéciale conjointe créée pour assurer la sécurité à la Journée mondiale de la jeunesse de 2019. L’accès à un tel équipement est un atout inestimable qui nous permet de renforcer nos capacités de détection économiquement lorsque nous en avons besoin. » (Pour en savoir plus sur la sécurité nucléaire lors des grandes manifestations publiques, cliquez ici).

Perfectionnement et amélioration

Les détecteurs des rayonnements de type sac à dos existent en plusieurs tailles et avec des spécifications différentes. Pour aider à déterminer les modèles qui répondent aux besoins divers des pays, des professionnels ont participé à une réunion technique de l’AIEA organisée en juin 2019. Ils ont présenté leurs expériences du déploiement, de l’expérimentation et de l’entretien des dispositifs et utilisé les données issues d’une série de tests conçus pour comparer la performance de plus d’une dizaine de modèles en fonction de paramètres basés sur diverses priorités de sécurité nucléaire nationale, à la fois générales et propres à un événement.

« Tout est question d’équilibre et de priorités, explique Tyrone Harris, responsable de la sécurité nucléaire à l’AIEA. La technologie des détecteurs portables a évolué rapidement, et de nombreuses fonctionnalités avancées sont disponibles, mais toutes ne sont pas nécessaires dans tous les pays, et chaque fonctionnalité en plus ajoute un poids supplémentaire à un équipement déjà assez lourd. »

February, 2020
Vol. 61-1

Suivez-nous

Lettre d'information